Accueil
Rond Point
Ecoute et Partage
Agenda
Réflexions
Spiritualité 1
Nouvelles
Grains de vie
Mot mensuel
Echo des chemins
Clins d'oeil
Opinions
Liens
Services
Plan du site

           

  

   INFOS, ANALYSES et PETITIONS d'associations      

 

Dernière mise à jour le : mercredi 04 octobre 2017

 Pour Agenda d'Ecoute et Partage, cliquer 

 

   AGENDA

 Pour Infos et Annonces de groupes locaux, cliquer

 

 ACTIVITES

   Pour autres infos et annonces du Forum Social Local de Nancy, cliquer                                            http://www.fsl-nancy.fr/

                                 

 Infos, analyses signalées à la demande de partenaires (entre parenthèse) :

. Journée internationale des filles 2017.10

. Pour en finir avec le délit de solidarité 2017.09

. Marchons pour la Paix 2017.07

. Qui sont les migrants ? 2017.01 (M.J.)      

. Les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture 2016.10 (J-M P.)

. Greenpeace 08.2016.

. LIDL, le juste prix (Peuples Solidaires) 2016.06

. La guerre, pas en notre nom (MAN) 04 12 2015

. Ensemble pour le climat, jeûnons pour le changement (Jeûne pour le Climat) 2015.11

. Nous sommes unis 2015.11

. Stoppons l’agriculture industrielle en Papouasie (Sauvons la forêt) D.B.

. Foodwatch, qui se cache derrière

. Justice pour Éric de Putter, assassiné au Cameroun (N.L.)

. AVC Accident vasculaire cérébral (F.B.)

. Ungersheim, un village en transition (D.B.)

. Pour les abeilles et les sols de cultures (D.B.)

 

 

Année 2017

 

 

 

 

 

Journée internationale des filles, le 11 octobre 2017 !

Aidons les filles aujourd'hui à devenir des femmes demain

 

Plus qu'une semaine avant la Journée internationale des filles, le 11 octobre 2017 !

C'est le moment de partager votre engagement pour les droits des filles et de nous aider à relayer le message Fille aujourd'hui, Femme demain sur les réseaux sociaux pour que tous et toutes ensemble, nous libérions le pouvoir des filles et que toutes les filles aujourd'hui deviennent des femmes libres et accomplies demain ! Des personnalités et d'autres marraines comme vous ont déjà prévu de participer au mouvement.

Pour cela, souvenez-vous de la petite fille que vous avez été en :

1. Changeant dès vendredi votre photo de profil sur Facebook, ou en publiant une photo de vous petite fille sur Instagram, Twitter ou Linkedin.

2. Accompagnant votre publication du message suivant :

"Tous mobilisés avec l'ONG Plan International pour la Journée internationale des filles le 11 octobre #filleaujourdhui femme demain. Parrainez une fille !"

3. Invitant les femmes de votre entourage à faire comme vous, et à partager et liker pour donner encore plus de force au mouvement ! 

Bien sûr, les parrains et donateurs peuvent aussi participer en partageant ce message aux femmes de leur entourage !

Retrouvez toutes les explications en vidéo :

 

JE DÉCOUVRE COMMENT PARTICIPER

 

 

Notre ami Pierre Pourchez, Hollandais, nous interpelle et nous invite à agir avec les organisations qui luttent contre le délit de solidarité !

Pour en finir avec le délit de solidarité

« Si la solidarité avec les étrangers est un délit, alors nous sommes tous délinquants »

On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est considérée comme un délit. Procès de personnes venues en aide aux migrants, réfugiés, Roms, ou sans-papiers, menaces de lourdes sanctions, mesures d’intimidation, poursuites, condamnations à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Nice, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux…

Le manifeste

Bien sûr, la solidarité n’a jamais été inscrite dans aucun code comme un délit. Cependant, des militants associatifs qui ne font que venir en aide à des personnes en situation de très grande précarité, victimes de décisions dangereuses, violentes, voire inhumaines, se retrouvent aujourd’hui face à la justice. Avec l’instauration de l’état d’urgence, et dans le contexte baptisé « crise migratoire », on assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l’expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, Roms, sans-papiers… Au-delà, c’est le soutien à l’ensemble des personnes étrangères qui tend à devenir suspect, l’expression de la contestation des politiques menées qui est assimilée à de la rébellion et au trouble à l’ordre public.

http://www.delinquantssolidaires.org/le-manifeste/

 -=-=-=-=-=-=-=-=-=-

http://www.gisti.org/spip.php?article1399

Avec l’instauration de l’état d’urgence, et dans le contexte baptisé « crise migratoire », on assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l’expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, Roms, sans-papiers... La panoplie des délits au prétexte desquels des personnes ayant manifesté leur solidarité à l’égard de personne étrangères sont intimidées et souvent poursuivies, voire condamnées, s’est étendue.

Une nouvelle mobilisation associative s’impose.

On trouvera dans la rubrique « actualité et mobilisations en cours » les affaires les plus récentes concernant les « délinquants solidaires » et les actions menées pour les soutenir.

N’hésitez pas à nous signaler tout cas dont vous souhaitez la diffusion en écrivant à l’adresse contact-delit-de-solidarite[AROBASE]gisti.org.

 

Partout en France, marchons pour la paix

le samedi 23 septembre 2017

Partout en France, on marche pour la Paix !

Partout en France le samedi  23 septembre 2017, marchons ensemble pour un monde de solidarité, de justice, de liberté, d’égalité, de fraternité et de Paix !

En marche pour la paix – Stop la guerre – Stop les violences

L’aspiration des peuples à vivre ensemble en paix dans la solidarité, la justice et la fraternité est immense.
Nous sommes persuadés qu’aucune de nos différences de convictions, d’appartenance ou de sensibilités philosophiques, politiques, religieuses, syndicales ou autres ne doit faire obstacle à l’expression de cette aspiration commune.

Nous sommes révoltés face à l’augmentation incessante des dépenses militaires qui sont passées de 1.144 milliards de dollars en 2001 à 1773 milliards en 2015 (Sipri en USD taux de change 2014) et favorisent un commerce des armes immoral et dangereux, alors que le budget des Nations Unies pour les opérations de paix est de seulement 8,7 milliards et que la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des moyens importants tout comme la réalisation des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Signez l’appel « En marche pour la Paix » :

Au titre d’une association (nationale, régionale, départementale ou locale)

A titre individuel

Pour en savoir plus : https://www.mvtpaix.org/wordpress/les-marches-pour-la-paix/

 

Qui sont les migrants ?

Pour découvrir toute l'exposition réalisée par le "CCFD - Terre solidaire", cliquer

 

Les migrations sont aussi anciennes que l’histoire de l’humanité. Si une majorité d’humains reste sédentaire, une toute petite partie peut être amenée à quitter son pays, souvent par contrainte, mais parfois aussi par choix personnel. Qui sont aujourd’hui ces personnes qui viennent vivre en France ? Pour quels motifs le font-elles ? Voici quelques pistes pour mieux connaître leurs histoires, leurs situations et leurs apports pour notre pays.

 

Exposition proposée et présentée par Matthieu J.

 

Pourquoi migrer ?

 

Ce ne sont pas les raisons économiques qui justifient

en premier lieu les migrations. Arrivent, dans

l’ordre :

o Les motivations personnelles et familiales

(41% des premières délivrances de titres de séjour

en 2015) : les personnes qui viennent rejoindre

conjoint et enfants, les familles qui souhaitent découvrir

une autre culture.

o Les raisons éducatives et culturelles (32 %) :

les étudiants bénéficiant de programmes d’échanges

interculturel ou universitaire.

o Les raisons politiques, ethniques et religieuses

(10 %) : les millions de femmes, d’hommes,

d’enfants fuyant les guerres, les dictatures, les persécutions,

la restriction des libertés.

o Les raisons économiques (9 %) : le pêcheur

sénégalais poussé hors de son village à cause de la

raréfaction des poissons, l’homme d’affaires singapourien

muté à Paris, le travailleur argentin embauché

sur un chantier de construction.

o Les raisons climatiques : les personnes obligées

de quitter leur pays à cause des conséquences

du réchauffement climatique et de l’augmentation

des catastrophes naturelles. Leur nombre pourrait

atteindre 250 millions dans le monde en 20502.

 

 

Année 2016

 

Un lecteur d'Ecoute et Partage, nous transmet sa réflexion que nous avons le plaisir de partager ci-dessous :

 

Les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture

 

Le secteur agricole, premier émetteur mondial de G.E.S.

D'après les experts du GIEC, si les émissions de gaz à effet de serre (GES) continuent au rythme actuel, le réchauffement climatique serait de +4,6° à la fin du siècle, avec des effets dévastateurs irréversibles.

L'objectif de la Cop 21 était de limiter le réchauffement climatique à +2°.

Aujourd'hui déjà ce phénomène a des conséquences dramatiques dans de nombreux pays du Sud.

Des événements climatiques exceptionnels deviennent maintenant de plus en plus fréquents : pluies diluviennes, typhons (par exemple aux Philippines ), ou au contraire sécheresse persistante dans de nombreux pays d'Afrique.

 

L'agriculture, secteur le plus touché par le réchauffement climatique

Les agriculteurs sont fortement dépendants du climat, et les récoltes sont affectées par de mauvaises conditions climatiques.

De nombreux témoignages nous parviennent de nos partenaires des pays du Sud victimes du réchauffement climatique.

Ainsi au Bangladesh, le rythme des grandes crues et cyclones s'est accentué. Une grande partie du pays est recouverte d'eau pendant les cinq mois de mousson, entraînant des milliers de réfugiés climatiques.

Au Sahel, de la Côte d'Ivoire au Niger, en passant par le Mali, on constate une perturbation des saisons, des pluies tardives et irrégulières provoquant inondations et érosions des sols. Au Niger, explique un responsable de Mooriben*, un champ de 2 ha qui donnaient 100 bottes de mil il y a 20 ans n'en fournit plus que 20 aujourd'hui, soulignant le problème de la dégradation des sols.

Au Mali, un responsable de RHK* témoigne : « les producteurs sont désorientés parce que les semences qu'ils ont l'habitude d'utiliser ne donnent pas les résultats escomptés, à cause de la hausse des températures. La fleur tombe et le fruit ne vient pas par exemple. D'autre part, nous observons la disparition de variétés locales de plantes avec la désertification, ce qui se traduit par une perte de biodiversité. La profondeur des puits et un bon indicateur des problèmes que nous éprouvons : il y a 15 ans, il fallait creuser jusqu'à 15 m pour trouver l'eau, mais il faut aller jusqu'à 30 à 35 m aujourd'hui,

parce que la nappe phréatique baisse. À certaines périodes de l'année, les puits se tarissent, posant de gros problèmes d'irrigation pour boucler les cycles de culture maraîchère. »

On pourrait multiplier les témoignages, mais tel n'est pas le but de cette note qui vise à étudier la contribution de l'agriculture au réchauffement climatique , les techniques à mettre en oeuvre pour l'atténuer, les mesures à prendre tant au niveau de la politique agricole française, de la PAC (politique agricole commune européenne),des instances internationales, que de nos choix quotidiens de consommation alimentaire. ...

Pour lire la suite du dossier de J.M. Patoureaux, cliquer 

 

Jean-Marie Patoureaux

Ingénieur agronome

CCFD-Terre Solidaire      Juin 2016

Groupe agroécologie PACALC

 

*partenaires du CCFD-Terre Solidaire

Mooriben regroupe 58000 paysans , RHK 23000 horticulteurs

Haut de page

 

Greenpeace

Parmi les 18 marques qui se sont engagées à prendre des mesures pour cesser d’utiliser des produits toxiques dangereux, 16 ont réalisé des progrès tangibles et peuvent être considérées comme des « leaders de la Detox », tandis que deux n’ont pas encore mis en place d’actions concrètes (Nike et LiNing, qualifiées de « greenwashers »). La catégorie des « losers » regroupe 11 marques n’ayant pris aucun engagement.

Dans ce classement, les marques ont été évaluées en fonction des mesures, des plans et des échéanciers adoptés pour cesser d’utiliser des substances chimiques dangereuses (comme les NPE, les phtalates ou encore les PFC ). Ont également été pris en compte les progrès en matière de transparence et de publication de données, notamment provenant de leurs fournisseurs, concernant les produits chimiques qui entrent dans la composition des produits ou qui sont rejetés dans l’environnement lors de la fabrication.

Et les marques françaises dans tout ça ?

Pas de quoi faire cocorico. Les marques Hermès et LVMH/Christian Dior Couture font figure de mauvaises élèves : elles n’ont pris aucun engagement pour se débarrasser de leur addiction toxique, alors que des produits chimiques dangereux avaient été retrouvés dans des vêtements et chaussures pour enfants, lors d’analyses effectuées par Greenpeace International en février 2014. Pour ces marques, passer en mode Detox ne serait pas un luxe ! D’autant plus que leurs concurrents comme Valentino ou Burberry font partie du groupe des leaders…

Des avancées législatives qui font du bien aux consommateurs… et aux cours d’eau ...

http://www.greenpeace.org/france/fr/

Haut de page

 

LIDL, le juste prix

Leader européen des enseignes de supermarchés discount, Lidl prétend que ses bananes et ananas sont produits de façon “durable”. Mais les travailleurs et travailleuses agricoles des plantations fruitières qui approvisionnent ses étals perçoivent des salaires insuffisants pour vivre dignement, sont régulièrement exposés à des produits toxiques et confrontés à la répression syndicale.

Tant que les grandes enseignes comme Lidl exerceront une pression sur leurs fournisseurs pour tirer au maximum les prix vers le bas, les travailleurs-ses agricoles ne pourront ni sortir de la pauvreté, ni faire respecter leurs droits. Par votre signature exigez que Lidl paye un prix juste et s’engage pour le respect des droits des hommes et des femmes qui travaillent dans les plantations.

Pour signer la pétition :

www.peuples-solidaires.org

 

 

Mouvement pour une alternative non violente    http://www.nonviolence.fr/

 

La guerre, pas en notre nom...

Quelques heures après les attentats de Paris du 13 novembre 2015, le Président français a déclaré que "la France est en guerre" et deux jours plus tard, l'aviation française intensifiait ses bombardements en Syrie. Parallèlement, le Parlement votait l'instauration sur le territoire français de l'état d'urgence pour une durée de trois mois.

Nous ne nous reconnaissons pas dans ce discours belliciste : une telle réponse n'apportera pas la paix, mais renforcera l'insécurité. Cette guerre ne se fait pas en notre nom !

Face à l'horreur des attentats, nous restons plus que jamais mobilisés pour combattre le terrorisme et ses causes. La société civile doit se mobiliser pour défendre et renforcer la démocratie, par la solidarité et la justice. Les mesures de sécurité doivent rester dans le cadre démocratique.

Ces déclarations sur la situation de guerre de la France ont pour effets de renforcer la peur, la paralysie et le sentiment d'impuissance de la société civile. Au contraire, des gestes quotidiens de solidarité et des démarches collectives renforcent la cohésion sociale et permettent aux citoyens de dépasser la peur.

Le terrorisme se développe notamment sur le terreau des régimes dictatoriaux, du fondamentalisme mais aussi de l'injustice sociale et d'une mauvaise répartition des richesses. C'est sur ces causes diverses et multiples que nous devons agir.

C'est en renforçant la démocratie que nous lutterons contre la violence, pas en nous installant dans un sentiment et des actes de guerre.

Rejoignez l’appel des mouvements non-violents : Signer la pétition sur le site change.org

Haut de page

 

Ensemble pour le climat, jeûnons pour le changement

Des millions de personnes ont déjà perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance à cause du changement climatique. Pourtant, l’action gouvernementale demeure profondément inadaptée et ne parvient pas à sécuriser un avenir sûr et juste pour tous.

Alors que le changement climatique remonte en flèche dans l’agenda politique, des milliers de personnes autour du monde ont décidé de jeûner une fois par mois pour soutenir ceux qui sont déjà touchés. Nous voulons dire aux dirigeants du monde qu’ils doivent en faire davantage pour résoudre cette crise.

Ce jeûne cherche à informer les gouvernements que des personnes de tous chemins de vie et des quatre coins du monde exigent une action pour le climat. Il est désormais temps de résoudre cette crise : nous attendons des pays qu’ils réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre et qu’ils sécurisent sur le long terme une source d’énergie renouvelable en direction de cet avenir plus sûr. Ceci devrait se focaliser en particulier sur l’accès à l’énergie et la résilience des personnes vivant dans la pauvreté. Nous pressons tous les dirigeants du monde à travailler ensemble afin d’assurer que la planète soit un endroit sûr et meilleur pour les générations à venir.

www.jeunepourleclimat.org/

Haut de page

Nous Sommes Unis

Touchée en plein cœur, la France pleure. Elle pleure ses citoyens assassinés, innocents, victimes d’une violence inouïe et innommable. Parce que la barbarie a encore frappé, la France doit encore se lever.

Face à un drame inédit d’une telle ampleur, nous devons plus que jamais nous concentrer sur l’unité ! Oui face au terrorisme, face à la peur, face à la violence : Nous sommes unis !

Nous sommes unis autour des familles des victimes – à qui nous adressons nos plus profondes et nos plus vives condoléances - autour des survivants, et autour de tous les témoins en France et dans le Monde de la folie meurtrière motivée par une idéologie mortifère et inhumaine.

Responsables associatifs, leaders politiques, journalistes, intellectuels, notre responsabilité est la même ! Le but de la terreur, au-delà du chiffre macabre des victimes, est de provoquer la division d’une nation, d’une famille.

Un piège nous est tendu ! Nous devons refuser d’y succomber ! La division, la délation, la stigmatisation sont au cœur de ce piège sournois. Chaque fois que nous tentons hâtivement de désigner des responsables de ce crime dont seuls les auteurs sont coupables, nous tombons dans le piège d’une division programmée et orchestrée.

Dès aujourd’hui avec tous les Français, traduisons nos intentions dans l’action. Nous pouvons rejoindre les hôpitaux les plus proches pour donner notre sang, adhérer aux associations créatrices de lien social, soutenir les ONG, tisser des liens avec nos voisins, lutter autour de nous contre le racisme et les préjugés… Le combat contre le terrorisme sera long, il sera dur, il nous réserve des moments difficiles, mais tant que nous agirons ensemble la France restera debout.

Les terroristes nous ont adressé un message. Ils ont voulu mettre la France à genoux. Disons-leur à notre tour que nous sommes debout ! Debout et soudés, main dans la main, les uns avec les autres et jamais les uns contre les autres. Notre unité est notre bien le plus précieux.

Protégeons-le et donnons-lui tout son sens aujourd’hui, l’heure est à la Fraternité qui est notre véritable rempart contre la violence aveugle du terrorisme et la division planifiée.

http://noussommesunis.wesign.it/fr

Haut de page

Stoppons l’agriculture industrielle en Papouasie !

Le président Jokowi a fait la promesse de protéger les forêts tropicales et les peuples autochtones d’Indonésie lors de sa prise de fonction en 2014. Il souhaite pourtant offrir 1,2 millions d’ha de forêts et de terres coutumières à l’industrie agroalimentaire dans la province de Papouasie. Rappelons-lui ses engagements !

1,2 millions d’hectares doivent être converties en rizicultures industrielles d’ici trois ans à Merauke dans la province de Papouasie (ou Papua). 4,6 millions d’hectares sont envisagés à moyen terme.

Les rizicultures occuperaient alors la totalité de Merauke. Tout son écosystème unique fait de forêts sèches et humides, de marais, de savanes et de mangroves serait anéanti. Mais pas seulement, Cela signifierait aussi la fin de la culture et du mode de vie traditionnels du peuple Malind, 70.000 autochtones dispersés dans la forêt vivent actuellement du sagoutier et de la culture petites parcelles agricoles.

« Nous vivons de la forêt et du sagou, et pas du riz ! » s’emporte un des anciens du village. « Céder nos terres serait un suicide. Sans elles, nos enfants et petits-enfants n’auraient aucune place. »

Il encore possible de stopper les bulldozers !

Signer la pétition : https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1000/stoppons-l-agriculture-industrielle-en-papouasie?mtu=112837662&t=695

Haut de page

Qui se cache derrière ce nom?

foodwatch est une organisation politique qui défend les droits du consommateur. Nous voulons que, dans un marché transparent, le consommateur puisse librement décider de ce qu’il mange, en toute connaissance de cause et sans risque.

ICI, pas d’emballage trompeur!

Aucune autre organisation, aucune société, ne se cache derrière notre nom. Lorsque foodwatch vous révèle une information, vous savez qu’elle est le fruit de recherches menées en toute indépendance. foodwatch est uniquement financée par les dons des consommateurs. Elle n'accepte aucune subvention de l’État ni de quelque parti politique que ce soit. Il en va de même pour les dons provenant d'acteurs économiques avec lesquels il pourrait exister un conflit d'intérêt ou qui pourraient exercer une quelconque influence sur le contenu de son travail.

foodwatch se bat pour le droit des consommateurs à consommer des aliments de qualité, sans risque pour la santé, et à être correctement informés de la nature des produits alimentaires qui sont commercialisés.

https://www.foodwatch.org/fr/

 

Haut de page

Justice pour Éric de Putter, assassiné au Cameroun le 8 juillet 2012

Nous demandons aux autorités judiciaires de France et du Cameroun d’assurer la poursuite judiciaire du(des) coupable(s) de ce crime afin que la justice soit rendue. 

Eric de Putter était Volontaire de la Solidarité Internationale (VSI) du Service protestant de Mission au Cameroun. Musicologue et docteur en théologie, il enseignait les sciences des religions, l’hébreu et l’exégèse de l’Ancien Testament à la Faculté de théologie de l’Université Protestante d’Afrique Centrale (l’UPAC). Face à des situations d’injustice et de corruption, il s’était indigné et avait fait l’objet d’intimidations et de menaces. C’est la seule situation d’hostilité qu’il a connue avant son tragique assassinat.

A la suite de son homicide le 8 juillet 2012 à Yaoundé (Cameroun), une instruction a été ouverte au Cameroun et le Parquet de Paris a chargé l’office central pour la répression des violences aux personnes pour enquêter sur ces faits.

La famille d’Eric a été entendue et le 18 juillet 2012, une information a été ouverte au Tribunal de Grande Instance de PARIS des chefs d’assassinat et ses parents, ses frères et son épouse se sont constitués partie civile.

Marie-Alix, son épouse, enceinte de quatre mois aux moments des faits, a été entendue par le juge d’instruction et plusieurs expertises ont été réalisées.

Une commission rogatoire internationale a été adressée aux autorités camerounaises le 18 octobre 2012, soit il y a bientôt 2 ans. Malheureusement, elle n’a toujours pas été exécutée.

Conformément à l’accord de coopération en matière de Justice liant le Cameroun et la France, nous demandons aux autorités compétentes de garantir l’application de l’entraide judicaire et de s’assurer que les procédures soient faites dans la plus grande transparence.

Assurer un égal accès à la justice constitue, dans des sociétés se voulant démocratiques, une liberté fondamentale dont les Etats doivent assurer l’effectivité pour tous.

Un pourrissement de l’instruction est donc préjudiciable pour tous. En effet, cela pose avec acuité la question de l’égalité de tous face à la justice, en particulier pour les ressortissants français à l’étranger. Par ailleurs, cela interroge sur les garanties mises en place par les pays hôtes pour assurer la sécurité des ressortissants étrangers, en particulier celle des volontaires.

A l’heure actuelle, les instructions françaises et camerounaises sont toujours en cours mais la coordination des procédures entre les autorités concernées interroge. Dans ces circonstances dramatiques et face au risque de pourrissement voire à l’impossibilité d’un véritable procès, crédible et transparent, il n’est pas acceptable de laisser persister l’impunité: nous demandons que toute la lumière soit faite sur les circonstances de l’assassinat d’Eric de Putter.

 

Merci de signer cette pétition pour que la mort d'Eric de Putter ne devienne pas un simple fait divers, et pour que son enfant de 22 mois puisse grandir avec la conviction que l'intégrité reste une qualité humaine incommensurable.

https://www.change.org/organizations/semeurs_de_libert%C3%A9

 

AVC Accident vasculaire cérébral

Voici un lien (ci-dessous) fort utile pour soi et pour ceux que nous croisons, lien qui explique comment détecter un AVC (accident vasculaire cérébral). Prenez les quelques minutes nécessaires à son visionnement, vous en sortirez plus instruits et plus utiles pour vous-même et pour les autres.

Bon vent, et bonne santé.

https://www.youtube.com/embed/wR6q6B46DWo

Haut de page

 

Subject: Ungersheim, un village en transition

Ce message ne s'affiche pas correctement ?
Ouvrez-le dans votre navigateur.

Ungersheim, village en transition

Cher(e)s ami(e)s,

« On lâche rien ! », dit la chanson. Comme vous le savez, depuis ma remise de légion d’honneur à Notre Dame des Landes en juin 2013, j’ai fait de ces trois mots mon leitmotiv.
À dire vrai, ce sont eux qui me permettent de poursuivre ma mission de lanceuse d’alerte et d’empêcheuse-de-penser-en-rond, malgré les adversités et les embûches. Il est de plus en plus difficile de monter des projets audiovisuels ambitieux, car les chaînes du bon vieux PAF, y compris ARTE, rechignent à soutenir des documentaires qui titillent l’ordre établi.
C’est pourquoi j’ai plus que jamais besoin de vous !

Après Sacrée croissance ! qui connaît un beau succès (voir sur mon Blog : http://www.arte.tv/sites/fr/robin/), je prépare un nouveau film tourné exclusivement à… Ungersheim, une petite commune alsacienne qui s’est lancée tambour battant dans la transition écologique. Et ça marche ! Pour boucler le budget de ce film très inspirant, j’ai besoin de 2500 souscriptions. C’est toujours le même principe : préachat du DVD, en tirage limité avec des bonus et un livret réservé aux souscripteurs que vous recevrez par la poste.

Je vous remercie par avance de votre soutien précieux sans lequel je serais contrainte à changer de métier…

Marie-Monique Robin


Plus d'infos sur la souscription sur http://membres.m2rfilms.com

Logo M2R Films

Copyright © 2015 M2R Films
Vous recevez ce message car vous faites partie des souscripteurs des films "Femmes pour la Planète", "Les Moissons du Futur" et "Sacrée Croissance !"

Notre adresse:
M2R Films 17 rue Ribot Pierrefitte sur Seine 93380 France

 

Haut de page

 

 Pour les abeilles et les sols de cultures

 

ALERTE ! Les lobbies agrochimistes imposent un pesticide tueur d'abeilles dernière génération en violation du droit européen !

 

Par un tour de force à Bruxelles, les lobbies agrochimistes ont réussi, en violation du droit européen, à faire autoriser un pesticide dernière génération - le Sulfoxaflor - qui est très dangereux pour les abeilles et vient d'être interdit aux Etats-Unis.

Aidez-nous à organiser une pression massive des citoyens sur le Parlement européen, pour qu'il porte l'affaire en justice et fasse interdire immédiatement ce nouveau pesticide tueur d'abeilles en Europe !

Chère amie, cher ami,
Les lobbies agrochimistes ont réussi un tour de force monumental à Bruxelles  en faisant autoriser un pesticide-tueur d’abeilles de nouvelle génération  - en pleine bataille sur les néonicotinoïdes… et en violation totale du droit européen protégeant les abeilles et les pollinisateurs !
Sans une mobilisation massive et immédiate des citoyens pour faire barrage, cette substance sera bientôt utilisée dans les champs...
... mettant en péril des colonies entières d'abeilles, et avec elle l'alimentation et de la santé de toute la population !
Pollinis a besoin de votre aide pour rassembler les citoyens, et faire pression tous ensemble sur le Parlement Européen pour qu'il porte l'affaire devant la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) pour violation du règlement CE n°1107/2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et la protection des abeilles et pollinisateurs, et faire annuler l'autorisation de ce nouveau poison :
Signez dès maintenant votre requête au Parlement européen, et transmettez ce message à tous vos contacts !
Ce qu'il s'est passé cet été à Bruxelles est à peine croyable, et pourtant il s'agit bien d'une manœuvre très habile des lobbys agrochimiques pour aller contre la loi et faire fructifier leurs profits au détriment des abeilles et de la nature :
Alors que la Commission européenne s'apprêtait enfin, après des mobilisations à répétition des citoyens, de la communauté scientifique, des apiculteurs et des associations environnementales, à interdire pour de bon trois pesticides néonicotinoïdes mortels pour les abeilles, l'industrie agrochimique sort une nouvelle substance : le Sulfoxaflor.
Une façon pour les firmes agrochimiques de prendre une longueur d'avance, et de sécuriser leurs profits malgré l'interdiction des néonicotinoïdes.
Seulement voilà : le Sulfoxaflor, tout comme les trois néonicotinoïdes bientôt interdits, est très dangereux pour les abeilles !
Or, les règlements européens prévoient que, avant toute mise sur le marché d'un pesticide, l'industrie qui le produit doit fournir des preuves scientifiques de son innocuité sur les abeilles (1), preuves que Dow AgroScience, la firme agrochimique qui produit le Sulfoxaflor, a été incapable de fournir...
D'ailleurs, l'autorité sanitaire européenne – l'EFSA - elle-même reconnaît qu'il existe un "risque élevé pour les abeilles" (2) à autoriser ce produit en Europe.
Et pourtant...
... malgré les mises en garde de l'EFSA...
... et malgré la règlementation européenne, très claire sur la protection des pollinisateurs et l'obligation de tests-abeilles avant toute approbation d'un nouveau produit...
... le 27 juillet, les institutions européennes autorisent l'utilisation du Sulfoxaflor en Europe (3) - faisant fi des risques majeurs pour les abeilles et l'environnement, et en infraction totale avec les directives européennes sur les produits phytosanitaires !
Et le comble : elles ont donné à la firme agrochimique Dow AgroScience un délai de deux ans pour fournir des données sur l'effet du pesticide sur les abeilles !
Deux années pendant lesquelles le Sulfoxaflor sera largement utilisé sur les cultures en Europe, décimant les colonies d'abeilles, s'infiltrant dans les sols et les nappes phréatiques, et faisant potentiellement des dégâts sur l'environnement et les insectes auxiliaires de l'agriculture que personne ne peut évaluer à l'heure actuelle.
Mais deux années pendant lesquelles les agrochimistes pourront tranquillement encaisser les profits qu'ils tirent de la commercialisation de cette substance... quitte à sacrifier l'environnement, notre alimentation et notre santé à tous !
C'est inadmissible !
C'est pour nous aider à contrecarrer ce nouveau tour de force des lobbies que je vous écris aujourd'hui : pour vous demander de signer de toute urgence votre requête au Parlement européen en cliquant ici, et de faire passer le message le plus largement possible autour de vous, pour informer vos proches et vos amis, et créer un mouvement massif de protestation.

Haut de page

 

   Accueil  Plan du Site  Contact

   Agenda  Activités Infos Nouvelles Réflexions   Spiritualité1 

   Mot mensuel  Echo des chemins  Opinions  Citations   Clins d'oeil   Annonces

   Présentation  Rencontre Ateliers Propos  Projets  Loisirs  Sondages